🌿 Les trophées du Voyage Responsable 🌿— Candidatez pour les trophées du Voyage Responsable 2024   Déposez votre candidature

Voyage : Pourquoi compenser n’est pas une super bonne idée ?

Une récente étude scientifique révèle que compenser ses voyages n'est pas efficace

La compensation aura fait long feu. Durant quelques années, cette solution a été louée par de nombreux acteurs du tourisme, avant que des études scientifiques démontrent son inefficacité. Une récente publication enfonce le clou.


De Romain POMMIER
Publié le mercredi, Déc 06
12/06/2023
Une récente étude scientifique révèle que compenser ses voyages n'est pas efficace - Crédit photo : Depositphotos @VectorMine

Légende Image

Pendant quelques années, les acteurs du tourisme ont cru s’acheter une virtuosité en plantant des arbres.

Sauf que planter des arbres ne permet pas vraiment de compenser dans l’immédiat, il leur faut plus ou moins 30 ans pour absorber une tonne de CO2, l’équivalent d’un Paris-Athènes. Puis l’action donne bonne conscience aux voyageurs, elle ne pousse pas à une remise en cause de notre mode de fonctionnement et de vie.

« Le voyageur peut se dire qu’il peut voyager encore plus, car il compense pour seulement quelques euros de plus, » analysait pour TourMaG.com, Julien Etchanchu, responsable des pratiques durables chez Advito.

Et c’est sans compter le prix dérisoire de la tonne de CO2, dans les différents programmes de compensation.

De l’aveu de nombreux acteurs du tourisme ce n’était pas la panacée, mais ce geste doit faire le lien entre le ciel actuel et celui décarboné qui est attendu dans les prochaines années, voire décennies (ou jamais).

Sauf que depuis, quelques mois, les articles et études tombent pour contrebalancer le bienfondé de cette démarche. Des chercheurs viennent récemment de clore le débat.

Compensation Carbone : Les crédits fantômes de Verra

Dans le courant de l’été, un rapport de chercheurs internationaux publié dans Science, démontrait l’inefficacité de ce genre de pratique.

En étudiant les projets de crédits carbone développés par les Nations Unies, les scientifiques ont conclu que les organismes avaient tendance à surestimer les risques de déforestation dans certaines régions, pour vendre ensuite davantage de crédits carbone, rapportaient nos confrères de Reporterre.

Une publication qui faisait suite aux révélations du Guardian, en début d’année.

D’après le journal anglais, le plus gros organisme de certification de crédits carbone, Verra aurait quelque peu menti.

« Plus de 90 % de leurs crédits de compensation pour les forêts tropicales – parmi les plus couramment utilisés par les entreprises – sont probablement des « crédits fantômes » et ne représentent pas de véritables réductions de carbone, » dévoilait l’enquête du Guardian.

Seule une poignée de projets de Verra dans les forêts tropicales ont montré des preuves de réduction de la déforestation, quand 94% des crédits n’avaient aucune action. Ainsi, des dizaines de millions de crédits de compensation ont été approuvés sans aucune valeur.

« Les compensations de carbone forestier approuvées par le principal organisme de certification mondial et utilisées par Disney, Shell, Gucci et d’autres grandes entreprises sont en grande partie sans valeur et pourraient aggraver le réchauffement climatique, » révélait l’enquête.

Compensation carbone : couvrir les USA, le Royaume-Uni, la Chine et la Russie… pour une année d’émission

Une nouvelle étude publiée dans le magazine scientifique Cell vient en remettre une couche.

Pour les scientifiques, si nous devions compenser nos émissions annuelles, alors nous devrions boiser 35 millions de km 2, soit la superficie totale des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Chine et de la Russie.

Et alors que les principales actions de séquestration se concentrent dans les tropiques, couvrir l’intégralité de cette zone, nous permettrait de compenser 1,7 année d’émissions.

« Bien que les plantations en monoculture un service de séquestration du carbone et aient une valeur économique, la biodiversité de ces plantations est souvent inférieure à celle de leurs homologues forestières intactes.

De cette manière, la plantation d’arbres axée sur le carbone exacerbe la perte de biodiversité, en particulier celle des espèces adaptées aux milieux ouverts, » affirme l’étude.

Ce n’est pas tout, ces forêts homogénéisées ont aussi un impact sur la résilience des ces territoires aux aléas climatiques. Les incendies au Chili ont été favorisés par les plantations en monoculture et ont ensuite menacé les forêts indigènes.

A lire : Compensation carbone : arrêtez de planter des arbres !

Arrêter la dégradation des écosystèmes à l’échelle mondiale et restaurer les écosystèmes dégradés et transformés à leur état naturel, et donc restaurer leur diversité fonctionnelle, a le potentiel de séquestrer environ 9 gigatonnes de CO2 par an d’ici 2050. Pour rappel, les émissions mondiales ont atteint 52,8 gigatonnes en équivalent CO2 en 2021.

Pour les chercheurs de cette étude, les politiques aériennes et du tourisme ne devraient pas promouvoir la dégradation des écosystèmes, via des plantations d’arbres.

« Dans l’ensemble, nous soutenons qu’outre la nécessité évidente de réduction des émissions de combustibles fossiles, nous devrions nous concentrer davantage sur la conservation et la restauration des écosystèmes, » conclut-elle.

Compensation carbone : les steaks ou la Grèce, il faut choisir !

Vous l’aurez compris, la compensation n’a que peu d’effets bénéfiques et nous devrions recouvrir une part importante de la planète pour effacer une partie de nos émissions.

Le journal le Monde a lui publier une calculette pour atténuer l’impact carbone de ses voyages en avion, sans passer par la plantation d’arbres. Notre façon de consommer et de vivre est aussi un levier important pour décarboner notre société.

Alors que l’aérien va mettre plusieurs décennies avant de se passer du kérosène, voire même n’y arriver pas tant les biocarburants sont plus chers à produire et à l’achat, voici comment vous pouvez faire table rase d’un vol entre Paris et Athènes.

Un vol entre les capitales grecque et françaises émet 971 kilos de dioxyde de carbone équivalent. Rappelons que pour respecter l’accord de Paris, nous devrions émettre 2 tonnes par n et par habitant.

Ainsi, pour effacer totalement les émissions de CO2 d’un tel voyage, un voyageur devrait baisser son chauffage durant 8 ans et 1 mois ou devenir végan pendant 15 mois, mais encore abandonner la voiture 6 mois dans l’année.

Par contre, si une envie de croquer la grosse pomme vous prend, il vous faudra alors faire de grandes concessions.

La voiture restera au garage… pour 15 mois. Si jamais vous ne voulez pas vous passer de votre véhicule motorisé, vous devrez alors vous priver de steak et de tout autre morceau de viande et poisson pour les 3 années à venir (et 7 mois).

Pour ceux qui ne souhaitent pas prendre sur eux et maintenir leurs habitudes, la meilleure solution reste de réduire ses trajets. La sobriété devra être option sérieuse, pour limiter l’impact de nos déplacements.

« Marcel Proust écrivait que « le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux ».

Passons d’une philosophie du voyage obnubilée par l’amassement de photos de paysage, un tourisme de la quantité, à un tourisme de la qualité, selon les principes de la sobriété heureuse, » expliquait Timothée Parrique, dans une interview pour TourMaG.com.

Brand News

L'actualité des trophées

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Articles similaires

Le Panama, l’une des 3 seules destinations au bilan carbone négatif au monde !

Combinant des paysages à couper le souffle, une biodiversité variée et des initiatives innovantes en matière de conservation, le Panama offre aux voyageurs une expérience unique tout en leur permettant de limiter leur empreinte environnementale !

Après l’Equateur, c’est au Chili que Quimbaya Latin America obtient la certification officielle en faveur de la protection de l’environnement et la biodiversité du pays

C’est avec une grande fierté que l’équipe Quimbaya Latin America partage avec vous une autre nouvelle enthousiasmante ! Cette fois-ci c’est au Chili que nous avons obtenu le badge de l’engagement en faveur du tourisme durable ! Cette certification représente un pas de plus dans notre engagement envers un tourisme responsable en Amérique latine, soulignant nos actions concrètes pour réduire notre impact environnemental et contribuer positivement aux communautés que nous visitons.

Quimbaya Latin America et son bureau en Equateur obtiennent la certification durabilité « Q » de QUITO TOURISME

Après 5 ans de travail, main dans la main, avec QUITO TOURISME, nous venons de recevoir la certification « Q » TOURISME DURABLE, ce 8 décembre dernier !
Il s’agit d’un énorme accomplissement pour nous tous. Mais surtout d’un grand défi relevé grâce à un travail d’équipe et à nos convictions quant à notre rôle dans le futur du tourisme dans notre continent en matière de tourisme environnemental, social et inclusif.

Reprise des activités du département de tourisme éco-responsable, durable et solidaire de Quimbaya Latin America

Dans le cadre de la création de son DEPARTEMENT DE TOURISME ECO-RESPONSABLE, DURABLE et SOLIDAIRE démarrée en 2019, les équipes de QUIMBAYA LATIN AMERICA ont repris depuis l’année dernière, un par un, les projets de tourisme alternatif et régénératif dans les 11 pays où le DMC est présent depuis 36 ans.

Quimbaya Latin America veut en finir avec les bouteilles plastiques

À l’échelle mondiale, le plastique est devenu un fléau sur la planète, tuant la faune, obstruant les mers et remplissant les décharges pour les siècles à venir. Sans oublier leur impact écologique considérable, avec des chiffres effrayants !

Par exemple, la production d’une seule bouteille en plastique d’un litre nécessite environ 2 litres d’eau, ainsi qu’une grande quantité de pétrole et de charbon. Il est donc urgent d’agir !

Actualités des trophées

Trophées du Voyage Responsable, tout savoir sur les votes !

Les votes des Trophées du Voyage Responsable sont enfin arrivés. Retrouvez toutes les informations pour procéder à l’élection des grands gagnants.